Accéder au contenu principal

Oyana de Eric Plamondon: Euskanada




đŸ˜»đŸ˜»đŸ˜»đŸ˜»đŸ˜» 
Québec
Roman - 152 pages
Quidam Editeur - 2019



J'avais vantĂ© ici la beautĂ© et l'originalitĂ© du gĂ©nial Taqawan publiĂ© en 2017, dĂ©jĂ  dans une Ă©dition sublime sortie de chez Quidam Éditeur.


Eric Plamondon récidive cette année, toujours dans une édition sublime sortie de chez Quidam Editeur, avec le trÚs beau Oyana.

Mai 2018, à Montreal, une femme attend ses suhis à emporter en réfléchissant à la maniÚre de ressouder son couple lorsque ses yeux se posent sur les pages d'un journal titrant: "ETA annonce sa dissolution".

A lecture de ces mots, la gentille Ă©pouse mexicaine d'un mĂ©decin quĂ©bĂ©cois s'efface, et Oyana remonte Ă  la surface d'elle-mĂȘme.

Car depuis plus de 20 ans, Oyana vit cachĂ©e, elle a construit la vie d'une autre qui est pourtant la sienne,  contrainte Ă  l'exil, dĂ©passĂ©e par le sens de l'Histoire.

ETA n'est plus, Oyana peut rentrer.

En rĂ©alitĂ© Oyana DOIT rentrer, sans trop savoir pourquoi, sans trop savoir pour qui, sans trop savoir oĂč.

Son pays basque l'appelle, c'est le chant des sirĂšnes, ou des baleines.

Avant d'abandonner un peuple de baleiniers pour un autre, Oyana veut expliquer Ă  Xavier, son Ă©poux, lui raconter, expier peut-ĂȘtre...

Mais comment fait-on pour raconter une vie de douleurs, d'oubli et de mensonge ?

"L'avantage de larguer les amarres, c'est la dérive"

Oyana, c'est un précisément le roman de la dérive, celle d'une femme qui ne sait plus qui elle est, celle d'un combat légitime qui devient terrorisme...

C'est un roman sur la question de l'identité, trop souvent simplifiée, réduite au seul sentiment d'appartenance.

Oyana est construit sur une succession de chapitres brefs: certains constituant l'intrigue principale, la longue lettre d'Oyana Ă  son Ă©poux, interrompus par d'autres sans lien direct avec celle-ci, mais ayant trait Ă  l'Histoire dans laquelle elle se situe.

Ces ruptures de rĂ©cit rappellent Ă©videmment la construction de Taqawan, mĂȘme si elle sont Ă  mon sens ici moins pertinentes, moins signifiantes peut-ĂȘtre aussi.

Toujours aussi politique, Oyana est en revanche plus poétique, porté par une écriture sÚche, parfois abrupte, qui fait mouche à chaque coup qu'elle porte.

152 pages qui passent en un instant, comme un voyage suspendu, vraiment, ce serait dommage de ne pas embarquer.











Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Dans la forĂȘt de Jean Hegland: bad trip Ă©colo

đŸ˜»đŸ˜»
Roman
Traduit de l'anglais (USA) par Josette Chicheportiche
Gallmeister 2017 - 304 pages 
Gallmeister Totem 2018 - 308 pages


Il est toujours un peu périlleux de s'attaquer tardivement à un roman devenu un best seller, dont tout le monde a parlé, que tout le monde a lu, parce qu'à travers le regard des autres, on investit déjà le livre, on s'en fait une idée, on se créé des attentes.
Et il est encore plus difficile de s'y attaquer quand le sentiment est absolument unanime sur le livre, comme en l'espĂšce, oĂč tant la critique que les lecteurs se sont montrĂ©s dithyrambiques Ă  l'Ă©gard de ce premier roman de l'amĂ©ricaine Jean Hegland.
J'attaquais donc Dans la forĂȘt avec la confiance des innocents... et comme eux, je me suis heurtĂ©e Ă  l'incomprĂ©hension la plus totale de l'opinion de mes contemporains.
Car il faut le dire, je suis passĂ©e, mais alors, Ă  mille lieues Ă  l'ouest de cette fable Ă©colo-romantique un peu niaiseuse, qui ne m'a procurĂ© q…

Mamie Luger de BenoĂźt Philippon: Faut pas pousser mamie dans les orties

đŸ˜»đŸ˜»đŸ˜»đŸ˜» - Coup de coeur
Roman
Les ArĂšnes (Equinox) 2018 - 450 pages



Berthe a 102 ans, et faut pas trop lui chier dans les bottes.
Ça, on le comprend de la premiùre page quand la police donne l'assaut de sa petite "chaumiùre", aprùs qu'à l'aide de sa fidùle .22, elle a fait "un trou dans le dos, un autre dans le cul, en plus de l'officiel" à son voisin pour permettre à un couple de jeunes tourtereaux, mais criminels, de prendre la fuite.
" - Rentrez chez vous sales Gitans! J'suis armée et j'me laisserai pas faire!
Le flic au mégaphone hésite, s'interroge, puis reprend:
- Madame c'est la police. Sortez de chez vous, ne craignez rien.
-J'vais pas m'laisser berner! J'le connais l'coup d'la police! Vous voulez m'faire sortir pour m'violer! J'suis qu'une vieille grand-mÚre qu'a qu'la peau sur les os bande de détraqués!"
Non sans mal, Berthe se retrouve finalement dans le bureau de AndrĂ© Ventura…

La note américaine de David Grann: une histoire de gros sioux... (pardon)

đŸ˜»đŸ˜»đŸ˜»đŸ˜»
RĂ©cit
Traduit de l'anglais (USA) par Cyril Gay
Globe 2018 - 352 pages



Je suis toujours un peu stupĂ©faite par les choix Ă©ditoriaux qui peuvent ĂȘtre faits en matiĂšre de traduction des titres d'ouvrages en langue Ă©trangĂšre.
Et en l'occurrence, la difficultĂ© est particuliĂšrement frappante tant le titre français, La note amĂ©ricaine donc, est Ă©loignĂ© du titre original, qui, lui, avait quand mĂȘme vachement plus de gueule: The killers of the Flower Moon: the Osage murders and the birth of the FBI.
VoilĂ , lĂ  on comprend de quoi on va parler!
1921, les WASP ont fait le mĂ©nage sur le sol amĂ©ricain et se rachĂštent une conscience en laissant se saouler Ă  l'envi les membres des diffĂ©rentes tribus indiennes qu'ils ont parquĂ©s dans des rĂ©serves bien Ă©loignĂ©es, histoire de pas choquer les dames.
Toutes? Non, une tribu embarrasse les autoritĂ©s: le peuple Osage.
Les Osages vivaient sur les rives du Mississipi, comme Tom Sawyer, et ont Ă©tĂ© repoussĂ©s dans les rocailles de l'Oklahom…