Accéder au contenu principal

Taqawan de Eric Plamondon: terreurs autochtones.






đŸ˜»đŸ˜»đŸ˜»đŸ˜»đŸ˜»
(Québec)
Roman - 208 pages
Quidam Éditeur 2017
Le livre de poche 2019



Voilà un objet de littérature comme on n'en avait pas vu depuis longtemps (juste le graphisme du livre est déjà sublime), et que c'est réjouissant!

Taqawan est inclassable: en mĂȘlant roman noir, recueil de poĂ©sie, roman initiatique, rĂ©cit historique, contes mystiques et ancestraux et mĂȘme livre de cuisine (oui, oui, parfaitement), Éric Plamondon crĂ©Ă© un ouvrage hybride qu'on n'a surtout pas envie de ranger dans une case.

Ce dont on est sûr en en revanche, c'est de la beauté de la langue et de la pertinence, parfois brutale, du propos.

Parce de brutalité, l'histoire n'en manque pas, et malheureusement, elle n'a rien d'imaginaire.

Éric Plamondon revient ainsi, en entrelaçant le rĂ©cit historique et une fiction subtile, terrifiante et particuliĂšrement bien menĂ©e, sur ce qu'on a appelĂ© la "guerre du saumon".

11 juin 1981, une jeune adolescente disparaĂźt de chez elle alors que plus de 300 policiers de la SĂ»retĂ© du QuĂ©bec, sur ordre du ministre du Loisir, de la Chasse et de la PĂȘche, pĂ©nĂštrent la rĂ©serve de Restigouche, dans le nord du Canada, oĂč est parquĂ© le peuple Mi'gmaq.

Leur objectif est clair: retirer Ă  ce peuple de pĂȘcheurs de saumon leurs filets, unique, ou presque, source de survie, au motif qu'ils braconneraient au-delĂ  des quotas lĂ©gaux de pĂȘche.

Sauf que les Mi'gmaq bĂ©nĂ©ficiaient de traitĂ©s leur octroyant des privilĂšges de pĂȘche depuis le XVIIIĂšme siĂšcle.

Sauf que les Mi'gmaq faisaient bien moins de mal Ă  la nature que la pĂȘche industrielle.

Sauf qu'en fait à cette occasion s'exercera la violence, hélas universelle, liée au racisme le plus crasse.

La bĂȘtise et l’absurditĂ© de cette violence est d'autant plus frappante que le QuĂ©bec Ă  cette Ă©poque est en pleine tempĂȘte souverainiste, affirmant son unicitĂ©, luttant pour la reconnaissance de sa diffĂ©rence, mĂȘme si le "non", un an plus tĂŽt, l'avait emportĂ© d'une courte tĂȘte.

Et pourtant, l'attitude du QuĂ©bec Ă  l'Ă©gard de ses "populations autochtones" reste trĂšs ambiguĂ«, comme le rĂ©sume l'un des personnages du roman selon lequel:

"Ici on a tous du sang indien et quand ce n'est pas dans les veines, c'est sur les mains"

Éric Plamondon, effleurant le pamphlet, souligne l'insoutenable incohĂ©rence d'un gouvernement schizophrĂšne en invoquant les zones d'ombre d'un pays pourtant en avance sur bien d'autres en matiĂšre d'Ă©volutions sociĂ©tales.

"Taqawan", chez les Mi'gmaq, désigne le saumon qui, arrivé à l'ùge adulte en eaux de mer, entreprend son premier voyage de retour vers l'eau douce qui l'a vu naßtre.

Plus qu'un symbole donc, ce titre, qui invite le Québec, conformément à sa devise, à se souvenir de son histoire.

Taqawan est un roman absolument passionnant qu'on ne parvient pas Ă  lĂącher.

Éric Plamondon rĂ©ussit Ă  construire un rĂ©cit particuliĂšrement Ă©toffĂ© et cohĂ©rent sur une succession de chapitres qui se lisent quasiment indĂ©pendamment les uns des autres.

Jetez-vous dans les eaux troubles de la Restigouche, vous allez capoter!






























Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Dans la forĂȘt de Jean Hegland: bad trip Ă©colo

đŸ˜»đŸ˜»
Roman
Traduit de l'anglais (USA) par Josette Chicheportiche
Gallmeister 2017 - 304 pages 
Gallmeister Totem 2018 - 308 pages


Il est toujours un peu périlleux de s'attaquer tardivement à un roman devenu un best seller, dont tout le monde a parlé, que tout le monde a lu, parce qu'à travers le regard des autres, on investit déjà le livre, on s'en fait une idée, on se créé des attentes.
Et il est encore plus difficile de s'y attaquer quand le sentiment est absolument unanime sur le livre, comme en l'espĂšce, oĂč tant la critique que les lecteurs se sont montrĂ©s dithyrambiques Ă  l'Ă©gard de ce premier roman de l'amĂ©ricaine Jean Hegland.
J'attaquais donc Dans la forĂȘt avec la confiance des innocents... et comme eux, je me suis heurtĂ©e Ă  l'incomprĂ©hension la plus totale de l'opinion de mes contemporains.
Car il faut le dire, je suis passĂ©e, mais alors, Ă  mille lieues Ă  l'ouest de cette fable Ă©colo-romantique un peu niaiseuse, qui ne m'a procurĂ© q…

Mamie Luger de BenoĂźt Philippon: Faut pas pousser mamie dans les orties

đŸ˜»đŸ˜»đŸ˜»đŸ˜» - Coup de coeur
Roman
Les ArĂšnes (Equinox) 2018 - 450 pages



Berthe a 102 ans, et faut pas trop lui chier dans les bottes.
Ça, on le comprend de la premiùre page quand la police donne l'assaut de sa petite "chaumiùre", aprùs qu'à l'aide de sa fidùle .22, elle a fait "un trou dans le dos, un autre dans le cul, en plus de l'officiel" à son voisin pour permettre à un couple de jeunes tourtereaux, mais criminels, de prendre la fuite.
" - Rentrez chez vous sales Gitans! J'suis armée et j'me laisserai pas faire!
Le flic au mégaphone hésite, s'interroge, puis reprend:
- Madame c'est la police. Sortez de chez vous, ne craignez rien.
-J'vais pas m'laisser berner! J'le connais l'coup d'la police! Vous voulez m'faire sortir pour m'violer! J'suis qu'une vieille grand-mÚre qu'a qu'la peau sur les os bande de détraqués!"
Non sans mal, Berthe se retrouve finalement dans le bureau de AndrĂ© Ventura…

L'amour aprĂšs de Marceline Loridan-Ivens, Avec Judith Perrignon: corps et Ăąme.

đŸ˜»đŸ˜»đŸ˜»đŸ˜»đŸ˜» - Coup de cƓur
RĂ©cit
Grasset 2018 - 162 pages


"J'ai tout vu de la mort sans rien connaitre de l'amour."Marceline a 16 ans en 1944, quand, dĂ©portĂ©e Ă  Auschwitz, elle est confrontĂ©e pour la premiĂšre fois au corps de l'Autre, contrainte de se tenir nue devant des centaines d'Ă©trangĂšres, pour ĂȘtre examinĂ©e, tatouĂ©e et rasĂ©e.
Dans les douches, elle observe ces corps nouveaux qui ont encore des formes, qui sont encore humains. Elle y remarque celle qui sera sa voisine de paillasse pendant une année de concentration, celle dont l'amitié durera toute une vie, Simone Veil, parce qu'elle est "la mieux roulée d'entre toutes".
Une annĂ©e en enfer durant laquelle elle subira le pire de la violence, de l’humiliation, durant laquelle son corps ne sera que souffrance et dont la seule assignation sera de ne pas cĂ©der.
Mais lorsque l'on s'éveille ainsi à la nudité, à l'altérité des corps, comment fait-on, aprÚs?
Comment aime-t-on aprĂšs, qua…